L’emploi en 2030

Si vous pouviez prédire l’avenir, quels types de compétences et d’emplois seraient vraisemblablement recherchés dans les 10 à 15 prochaines années?

Project Team

Sarah Doyle
Director of Policy + Research
Diana Rivera
Economist
Yasmin Rajabi
Projects Officer
Erin Warner
Marketing and Communications Specialist
Jessica Thomson
Marketing and Communications Specialist
Coralie D’Souza
Director of Strategic Communications, Events + Community Relations
Michelle Park
Project Manager
Jessica Thornton
Collaborator
Heather Russek
Director of Policy Innovation
Tara O’Neil
Futures Researcher

English version

Les raisons pour lesquelles nous menons ce projet

Au fur et à mesure que le marché du travail évolue, les systèmes d’enseignement et de formation mettent de plus en plus l’accent sur les compétences qui sont transférables entre une gamme de professions et de secteurs, plutôt que sur les titres de compétences. Les travailleurs munis de compétences recherchées et transférables sont plus à même de trouver de nouveaux emplois, de se perfectionner ou de faire face d’autres façons aux changements dans le marché du travail au cours de leur carrière. Ils résistent mieux à ce que beaucoup perçoivent comme un rythme de changement croissant dû à l’innovation technologique.

Les gouvernements, les formateurs et les employeurs investissent énormément de nouvelles ressources dans des initiatives de développement des talents et des compétences dans le monde entier; le Canada ne fait pas exception. Par exemple, la récente « Stratégie de démarrage de carrière » de l’Ontario a annoncé un investissement de 190 M$ sur trois ans dans une série de programmes de formation et de développement des compétences axées sur le marché tels que l’apprentissage intégré au travail, le programme Objectif avenir RBC a engagé 500 M$ sur dix ans pour des initiatives liées aux compétences et à l’emploi des jeunes, et le budget fédéral 2017a ajouté75 M$ par an pour « mettre sur pied un nouvel organisme qui appuiera l’acquisition et la mesure des compétences ». Ensemble, ces trois initiatives dépassent une moyenne annuelle de 180 M$, en plus des dizaines de milliards de dépenses existantes. Vu l’importance de tels investissements, l’information sur le marché du travail (IMT) nécessaire pour comprendre et cibler ces efforts se fait plus essentielle.

Le Canada manque actuellement d’une prévision générale, détaillée et exploitable des compétences recherchées, ainsi que de la répartition de ces compétences selon les régions, les secteurs et les groupes démographiques. Les gouvernements, les enseignants et les Canadiens cherchent en général à avoir une vision plus claire des compétences qui outilleront les travailleurs pour affronter l’avenir face aux forces complexes que sont l’automatisation, la délocalisation et la numérisation. Le projet proposé aidera à combler ces lacunes, en appuyant la conception de politiques et de programmes visant à stimuler une croissance économique inclusive au Canada.

Ce projet opportun orientera le travail du « Centre des compétences futures », un institut autonome du gouvernement fédéral qui examinera les tendances nationales en matière de travail, testera et évaluera les méthodes de formation et fera des recommandations aux gouvernements, au secteur privé, aux syndicats et aux établissements postsecondaires. Hébergé par l’université Ryerson, le Centre des compétences futures comprend un ensemble de partenaires, notamment le BII+E, et a un budget de fonctionnement de 225 M$ sur quatre ans et de 75 M$ pour l’année suivante.

Share

Notre approche

Le projet de recherche que nous proposons aidera à combler les lacunes majeures de l’information sur le marché du travail (IMT) au Canada en offrant une prévision détaillée de la demande de professions et de compétences en réponse à l’évolution des conditions du marché du travail canadien. En exploitant les nouvelles sources de données et en appliquant une combinaison unique de futurologie, de prévisions d’experts et d’algorithmes d’apprentissage automatique, nous évaluerons la façon dont la composition des compétences de la demande du marché du travail est susceptible de changer dans les 10 à 15 prochaines années, non seulement en raison des changements technologiques tels que l’automatisation, mais également de plusieurs facteurs, notamment la mondialisation, le changement climatique et l’immigration. Ce projet sera mené en partenariat avec Nesta (anglais), une fondation pour l’innovation basée au Royaume-Uni qui a précédemment piloté cette méthodologie de recherche au Royaume-Uni et aux États-Unis (anglais).

Au cours des deux prochaines années, cette recherche franchira différentes étapes:

  • Futurologie: à l’automne 2018, nous réalisons une recherche sur l’avenir pour définir les tendances et les facteurs d’évolution qui impacteront le marché du travail canadien dans les 10 à 15 années à venir; cette recherche sera publiée au printemps 2019.
  • Ateliers de prévision + sondage: notre futurologie servira de base à des ateliers organisés dans six lieux au Canada au cours du printemps 2019. Ces ateliers feront appel à des experts pour prévoir les changements de la demande de professions en 2030.
  • Modélisation de l’apprentissage automatique: les données recueillies lors de nos ateliers dans le pays formeront les données de formation nécessaires aux algorithmes d’apprentissage automatique. Ceci nous permettra de projeter les changements touchant l’ensemble du marché du travail, que nous publierons début 2020.
  • Visualisation des données + données ouvertes: nous nous sommes engagés à rendre les données que nous recueillons publiquement accessibles, pour que d’autres puissent se servir de ce travail.
  • Rapports de recherche: comme à notre habitude, nous avons également l’intention de documenter notre processus au fur et à mesure qu’il avance en faisant part des perspectives essentielles sous forme de rapports de recherche, de blogues et autres.

Objectifs de recherche clés

  • Fournir une prévision des compétences aux formateurs, décideurs, travailleurs et entreprises du Canada avec une information granulaire et exploitable sur la demande de compétences et de métiers dans 10 à 15 ans.
  • Définir les risques et les opportunités auxquels sont confrontés les travailleurs et les entreprises au Canada, selon les compétences, les régions, les âges, les revenus et autres caractéristiques démographiques.
  • Éclairer la future conception des politiques et programmes d’enseignement, de formation et de développement économique, ainsi que des filets de sécurité sociaux modernes.

Phases du projet

Nous avons mis cette section à jour le 29 mai, 2020:

Le projet L’Emploi en 2030 a fait appel à une méthode mixte unique basée sur la recherche prospective, les réponses à un sondage et les avis de 121 experts recueillis lors d’ateliers organisés dans l’ensemble du pays, ainsi qu’à un modèle d’apprentissage machine, afin de créer une prévision des professions et des compétences au Canada.  IBI+E a travaillé en collaboration avec Nesta afin d’étendre leur approche, en y intégrant certains ajustements en fonction des leçons apprises lors de sa première application et selon les caractéristiques particulières du marché du travail canadien.

Le projet s’est déployé en trois phases :

Phase 1 : Recherche sur les tendances

  • La recherche sur les tendances qui auront un impact sur le marché du travail canadien au cours de la prochaine décennie a nécessité une analyse prospective stratégique – une méthodologie qui a permis de repérer les signaux de changement en s’appuyant sur des revues universitaires, des médias populaires et des sources d’information marginales. Cette recherche menée à l’automne 2018 est décrite dans le premier rapport sur L’emploi en 2030, C’est le début d’un temps nouveau : Changements ayant une incidence sur l’avenir de l’emploi au Canada. 

Phase 2 : Ateliers

  • Le rapport C’est le début d’un temps nouveau a permis de définir la seconde phase du projet : six ateliers tenus à travers le Canada, invitant divers experts du marché du travail à partager leurs prévisions quant à l’évolution de certaines professions au cours des 10 à 15 prochaines années. Les prévisions définitives sont basées sur les données recueillies lors de ce sondage portant sur des professions en particulier.
  • La préparation des ateliers a été guidée par des principes de conception centrée sur la personne encourageant la collaboration entre tous les participants grâce à des discussions de groupe, des jeux de rôle et un raisonnement critique. Le compte-rendu de ces ateliers et les observations qualitatives recueillies lors de ceux-ci sont présentés dans le second des trois rapports, Signes des temps : Perspectives et réflexions d’experts sur l’emploi en 2030. Ce rapport décrit de façon détaillée les mutations des professions auxquelles s’attendent les experts pour les prochaines années, ainsi que la façon dont ces changements peuvent varier d’une région à l’autre, et quelles tendances sont susceptibles d’être à l’origine de ces transitions. 

Phase 3 : Prévisions et rapport connexe

  • Les projections sur les professions indiquées par les experts lors des ateliers ont été utilisées pour renseigner un modèle d’apprentissage machine de type forêt aléatoire. Ce modèle a été construit afin d’obtenir des prévisions en fonction des compétences, des aptitudes et de connaissances sous-jacentes, importantes dans chaque profession. L’algorithme ainsi créé nous a permis d’extrapoler, d’après les données recueillies lors des ateliers auprès des experts, ce que ceux-ci auraient vraisemblablement dit à propos de chacune des professions que l’on retrouve dans le marché du travail canadien. 
  • Les prévisions et le rapport connexe présentent la synthèse de ce projet et mettent en évidence les professions dont on prévoit la croissance et celles dont on prévoit le déclin d’ici 2030. Il est à souligner que le rapport Une décennie d’avance explore également les compétences fondamentales et complémentaires nécessaires au développement d’une force de travail résiliente, ainsi que la distribution des changements professionnels à travers les régions et les collectivités démocratiques du Canada. Partant de ces constats, le rapport propose des domaines d’intervention afin d’aider à bien cibler les initiatives de développement des compétences du pays et de favoriser un marché du travail plus inclusif.

Bailleurs de fonds

Ce projet est rendu possible grâce à un financement s’elevant à plus d’un million de dollars du programme d’appui aux initiatives sectorielles du Gouvernement du Canada, et de la Fondation Max Bell.

Partenaires

Ce travail sera réalisé en partenariat avec Nesta, en collaboration avec des partenaires locaux, notamment Canada West Foundation, SFU Public Square, Yukon College, le Newfoundland Labrador Workforce Innovation Centre, et d’autres à venir.

Comité consultatif

Pour produire le meilleur travail possible, nous avons convoqué un comité directeur pour donner des conseils sur le projet. Le comité fournira une orientation sur le champ d’application, l’exécution, les extrants et les résultats. Les membres ont été recrutés dans l’ensemble du Canada et représentent différents points de vue, différentes régions et différents groupes d’acteurs. Voici la liste des membres:

  • Steven Tobin, Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT)
  • Janet Lane, Canada West Foundation
  • Janet Weber, SFU Public Square
  • Stephen Johnson, Emploi et Développement social Canada
  • Colette Murphy, Atkinson Foundation
  • Denise Williams, First Nations Technology Council (FNTC)
  • Lauren Beille, Yukon College
  • Sharon McLennon, Newfoundland and Labrador Workforce Innovation Centre
  • Philippe Schneider, chercheur, Nesta
Sarah Doyle
Director of Policy + Research
Diana Rivera
Economist
Yasmin Rajabi
Projects Officer
Erin Warner
Marketing and Communications Specialist
Jessica Thomson
Marketing and Communications Specialist
Coralie D’Souza
Director of Strategic Communications, Events + Community Relations
Michelle Park
Project Manager
Jessica Thornton
Collaborator
Heather Russek
Director of Policy Innovation
Tara O’Neil
Futures Researcher

Share

Deep Dive

10 Results

Sort
Sort
Tags
Tags
Types
Types

May 29, 2020

Nous avons créé une prévision de croissance et de compétences qui souligne certains des domaines potentiels de croissance et de risque pour les travailleurs et les employeurs en 2030. Et après?
Voici nos prévisions! Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait?

May 29, 2020

L’Institut Brookfield lance ses nouvelles Prévisions sur la croissance des professions au Canada
Une Décennie D’Avance : L’emploi au Canada en 2030

May 29, 2020

Comment préparer les Canadiens au futur monde du travail? Voyez les prévisions de l’Institut Brookfield sur les professions et les compétences et comment l’emploi peut évoluer d’ici 10 ans.
Une Décennie D’avance: L’emploi en 2030

May 29, 2020

Alors que le Canada et le monde entier s’efforcent de se remettre de la crise actuelle de la COVID-19, il sera plus important que jamais de penser à long terme.
Communication concernant : Prévisions en période d’extrême incertitude
Load More