Une Décennie D’Avance : L’emploi au Canada en 2030

L’Institut Brookfield lance ses nouvelles Prévisions sur la croissance des professions au Canada
May 29, 2020
Print Page

English version

Alors que le Canada et le monde entier s’efforcent de se remettre de la crise liée à la COVID-19, la nécessité de concevoir des politiques qui soutiendront efficacement les travailleurs et les entreprises de demain est plus pressante que jamais. L’Institut Brookfield pour l’innovation + l’entrepreneuriat (IBI+E), basé à l’Université Ryerson, lance ses nouvelles Prévisions sur la croissance des professions au Canada. Celles-ci sont basées sur une approche unique qui associe la prospective stratégique, les avis d’experts et l’apprentissage machine, afin de prévoir les changements qui affecteront le marché de l’emploi canadien d’ici 2030. 

Bien que les recherches à l’origine de ces prévisions aient été menées avant la crise, elles restent un outil précieux pour la planification à long terme.

Selon ces prévisions, 19 % des emplois connaîtront une croissance d’ici 2030 – en particulier les emplois hautement techniques, les emplois dans le domaine des services et les emplois liés à la santé. Le rapport connexe, Une décennie d’avance : L’emploi en 2030 se penche sur la signification de ces prévisions, qui varient en fonction des secteurs d’activité, des régions et des collectivités démocratiques, en insistant sur les personnes qui peuvent être les plus vulnérables. Il révèle également les compétences spécifiques qui seront probablement fondamentales pour le marché du travail de demain, en aidant les travailleurs à faire face aux éventuelles perturbations des dix prochaines années, allant de l’évolution technologique, à la raréfaction des ressources et au vieillissement de la population.

« Les prévisions de l’Institut Brookfield offrent une nouvelle approche pour réfléchir à la manière dont le paysage de l’emploi canadien pourrait se transformer au cours des dix prochaines années. Elles complètent les ressources existantes, telles que le Système de projection des professions au Canada (SPPC), en tenant compte de la possibilité qu’un large éventail de tendances façonnent l’avenir du travail d’une manière qui pourrait s’écarter du passé », déclare Sarah Doyle, directrice des politiques et de la recherche à l’Institut Brookfield. « Des outils comme celui-ci peuvent nous aider à planifier efficacement l’avenir et à jeter les bases d’une économie plus inclusive. Cela pourrait être encore plus précieux maintenant, alors que le Canada cherche à aider les travailleurs et les entreprises à naviguer et à se remettre de la crise de la COVID-19 ».

« Nous voulons aider les Canadiens à se doter des compétences nécessaires pour trouver des emplois sûrs aujourd’hui et demain », déclare l’honorable Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées. « En attirant l’attention sur les compétences et les aptitudes qui pourraient aider les gens à s’adapter aux perturbations, les nouvelles prévisions de l’Institut Brookfield seront précieuses pour soutenir la résilience des travailleurs et des employeurs ».

« Les prévisions de l’Institut Brookfield offrent une nouvelle perspective sur la façon dont le paysage de l’emploi au Canada est susceptible d’évoluer au cours des prochaines années et sur l’impact que cela peut avoir sur différentes catégories de travailleurs. Elles complètent des ressources existantes comme le Système de projection des professions au Canada (SPPC) en envisageant une multitude de tendances susceptibles de façonner l’avenir du marché du travail, selon des scénarios qui rompent avec les tendances passées », déclare Sarah Doyle, directrice des politiques et de la recherche de l’Institut Brookfield. « Notre objectif est d’aider à mieux cibler les initiatives en matière de développement des compétences et de l’emploi, à mieux outiller les travailleurs et les employeurs pour faire face à l’incertitude et contribuer à jeter les bases d’une économie plus inclusive. »

« Notre objectif est d’aider les Canadiens à se doter des compétences nécessaires pour obtenir des emplois stables, aujourd’hui et dans les années à venir », mentionne l’honorable Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées. « En mettant en évidence les secteurs d’activité, les populations et les régions susceptibles de subir davantage de perturbations, ainsi que les compétences et les aptitudes qui pourraient les aider à s’adapter, les nouvelles prévisions de l’Institut Brookfield contribueront de manière inestimable à la résilience des travailleurs et des employeurs. »

Constatations principales du rapport
  • Dix-neuf pour cent (19 %) des travailleurs canadiens exercent des professions dont la part de l’emploi devrait augmenter; quinze pour cent (15 %) exercent des professions dont la part de l’emploi devrait diminuer; et soixante-six (66 %) exercent des professions dont la part de l’emploi devrait rester stable. 
  • Nous prévoyons que la proportion des emplois dans les domaines de la santé et des sciences, ainsi que ceux axés sur les services et nécessitant un haut niveau d’expertise technique augmentera d’ici 2030. Parmi les emplois dont on prévoit la plus forte croissance, on compte notamment : les designers graphiques et les illustrateurs/illustratrices, les chefs, les médecins spécialistes, les infirmiers/infirmières autorisés et les infirmiers/infirmières psychiatriques autorisés, ainsi que le personnel technique spécialisé du commerce de gros.
  • En contrepartie, la part de l’emploi dans les domaines de la fabrication et dans les services publics est appelée à diminuer au cours de la prochaine décennie. Parmi les emplois dont on prévoit le plus fort déclin, on compte notamment : les assembleurs/assembleuses, contrôleurs/contrôleuses et vérificateurs/vérificatrices de véhicules automobiles, les expéditeurs/expéditrices et réceptionnaires, les gestionnaires en agriculture, les pêcheurs indépendants/pêcheuses indépendantes et les opérateurs/opératrices de machines de traitement des matières plastiques.
  • Cinq compétences et aptitudes fondamentales seront potentiellement importantes dans l’ensemble du marché du travail canadien en 2030 : l’instruction, la persuasion, le souci du service à la clientèle, la capacité à générer des idées et la mémorisation.
  • Les hommes sont susceptibles d’être confrontés à davantage de risques liés à l’emploi, mais aussi de se voir offrir de meilleures possibilités. On peut s’attendre à les retrouver autant dans les professions en déclin que dans les professions en croissance. 
  • Les femmes devront faire face à moins de risques sur le plan professionnel, mais, en même temps, elles auront moins d’occasions. Si les femmes sont moins nombreuses à exercer des professions dont on prévoit le déclin, celles qui exercent ces professions sont peut-être plus vulnérables au changement, car elles sont nettement moins bien rémunérées que leurs homologues masculins (33 552 $ contre 42 883 $).
  • Les travailleurs qui ont fait des études supérieures, et ceux qui ont des revenus élevés sont nettement plus susceptibles d’exercer des professions dont on prévoit la croissance que les autres travailleurs.
  • Les immigrants de première génération sont plus susceptibles de travailler dans des professions dont on prévoit la croissance que la moyenne de la population active. Si les travailleurs issus de minorités visibles sont, en moyenne, eux aussi plus susceptibles d’occuper des emplois dans des professions dont la croissance est prévue, certains groupes risquent d’y être plus exposés.

Partenaires et promoteurs
Le rapport Une décennie d’avance représente l’aboutissement du projet L’emploi en 2030 d’IBI+E et complète les deux rapports initiaux : C’est le début d’un temps nouveau et Signes des temps. Ces travaux ont été réalisés grâce à un financement de plus d’un million de dollars du Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada et de la Max Bell Foundation.

Le projet est mené en partenariat avec Nesta, une fondation pour l’innovation basée au Royaume-Uni qui a précédemment piloté cette méthodologie de recherche au Royaume-Uni et aux États-Unis, en collaboration avec Pearson et la Oxford Martin School. Le rapport Ahead by a Decade a également reçu le soutien d’Element AI et de partenaires régionaux, notamment la Canada West Foundation en Alberta, SFU Public Square en Colombie-Britannique, le Newfoundland and Labrador Workforce Innovation Centre (NLWIC) du CNA, Percolab au Québec et le Collège du Yukon.

« Il est excitant de voir notre méthodologie prendre de toutes nouvelles dimensions dans le contexte canadien », déclare Hasan Bakhshi, directeur général, Économie créative et analyse de données chez Nesta. « Notre partenariat avec l’Institut Brookfield représente une occasion inestimable de collaborer internationalement dans le cadre de nos efforts pour mieux comprendre l’avenir du monde du travail de même que l’influence des tendances mondiales dans différentes économies. »

Méthodologie
Mené sur une période de 18 mois, le projet L’emploi en 2030 a fait appel à une méthode mixte unique basée sur la recherche prospective, les réponses à un sondage, les avis de 120 experts recueillis lors d’ateliers organisés dans l’ensemble du pays, ainsi qu’à un algorithme d’apprentissage machine. La conjugaison de tous ces efforts a permis d’émettre des prévisions quant à la croissance des professions au Canada sur une période de 10 ans, fondées sur les données d’experts et les exigences en matière de compétences, d’aptitudes et de connaissances des travailleurs.

Application Web et données ouvertes
Les utilisateurs peuvent aussi se familiariser avec les données grâce à une application Web, qui permet de filtrer les résultats des prévisions par professions, compétences, régions et caractéristiques démographiques. Les Prévisions sur la croissance des professions au Canada d’IBI+E, y compris les données et le code de modélisation ayant servi à les élaborer, peuvent être téléchargées du site GitHub. Les utilisateurs sont encouragés à explorer les données et à les utiliser pour approfondir certaines questions, à s’en servir comme point de départ de nouvelles recherches, ainsi que pour apporter un complément aux outils existants d’information sur le marché du travail (IMT). 

Recherches connexes
Le rapport Une décennie d’avance brosse un tableau de l’avenir qui complète les recherches et les prévisions existantes. Il s’inspire de travaux connexes réalisés par IBI+E, dans le cadre de son axe de travail des compétences, notamment son récent rapport I, Human: The digital and soft skills driving Canada’s labour market, ainsi que sa série sur la littératie numérique et l’actuel modèle Parcours professionnels. Les présents travaux s’inspirent également de la recherche d’IBI+E sur l’automatisation du travail, notamment son étude fondamentale, The Talented Mr. Robot: The impact of automation on Canada’s workforce.

Share

L’Institut Brookfield pour l’innovation + l’entrepreneuriat (IBI+E) est un institut de politiques indépendant et non partisan, basé à l’Université Ryerson, qui se consacre à l’édification d’un Canada prospère où chacun a la possibilité de se réaliser grâce à un système économique inclusif et dynamique. IBI+E génère des perspectives à long terme et stimule de nouveaux raisonnements pour faire avancer une politique d’innovation exploitable au Canada. Pour en savoir plus, visitez brookfieldinstitute.ca.

L’Université Ryerson est le chef de file canadien en matière de formation innovante et axée sur la carrière. Urbaine, culturellement diversifiée et inclusive, l’université accueille plus de 44 600 étudiants, dont 2 600 étudiants de niveaux maîtrise et doctorat, ainsi que 3 100 enseignants et employés, et compte près de 185 000 anciens étudiants dans le monde entier. Pour en savoir plus, visitez ryerson.ca.

Nesta est une fondation mondiale pour l’innovation. Elle soutient les idées nouvelles dans l’optique de relever les grands défis de notre temps, en faisant appel à ses connaissances, à ses réseaux, à son financement et à ses compétences. Travaillant en partenariat avec d’autres organismes, notamment les gouvernements, les entreprises et les organismes de bienfaisance, la fondation Nesta est un organisme de bienfaisance du Royaume-Uni œuvrant partout dans le monde, grâce au soutien d’une dotation financière. Pour en savoir plus, visitez www.nesta.org.uk

For media enquiries, please contact Coralie D’Souza, Director of Communications, Events + Community Relations at the Brookfield Institute for Innovation + Entrepreneurship.