Quel est l’avenir de l’emploi en 2030?

Quel est l’avenir de l’emploi en 2030?

Et si nous savions quels emplois et quelles compétences seraient susceptibles d’être recherchés dans les 10 à 15 prochaines années?
Jessica Thornton
Collaborator
March 13, 2019
Print Page

English version

Que réserve l’avenir au marché du travail canadien dans 10 à 15 ans? Quelles professions et quelles compétences seront les plus recherchées? Comment les Canadiens devraient-ils se préparer?

Voici des questions fondamentales qui nous préoccupent. Pourtant, malgré l’angoisse ressentie par de nombreux Canadiens par rapport à l’évolution de nature du travail, le pays manque d’une prévision globale, détaillée et exploitable des compétences recherchées. La répartition de ces compétences selon les régions, les secteurs et les groupes démographiques est également méconnue. Si cette information importante sur le marché du travail (IMT) n’est pas disponible, il est particulièrement difficile pour les gouvernements, les formateurs et l’ensemble des Canadiens d’avoir un plan pour aider les travailleurs à évoluer face aux forces complexes que sont l’automatisation, la délocalisation et la numérisation.

Ce défi n’est pas propre au Canada, et comme nous l’avons communiqué il y a un an, la fondation pour l’innovation Nesta, basée au Royaume-Uni, a élaboré une approche visant à générer des perceptions utiles sur le sujet. Son étude, Employment in 2030 (L’emploi en 2030), a utilisé une nouvelle approche mixte combinant une analyse des tendances historiques, les perceptions d’experts et des algorithmes d’apprentissage automatique. Grâce à ces méthodes, Nesta a pu évaluer la façon dont les compositions des professions et des compétences des marchés du travail au Royaume-Uni et aux États-Unis sont susceptibles de changer vers 2030.

Nous pensons que cette étude est essentielle pour aider à développer notre compréhension de l’avenir du travail et pour générer de nouvelles sources d’information sur le marché du travail. De plus, alors que le travail de Nesta fournit des perceptions essentielles sur les marchés du travail du Royaume-Uni et des États-Unis, il doit être reproduit au Canada afin de tirer des conclusions significatives propres à notre environnement.

C’est la raison pour laquelle, dotés d’un financement d’un peu plus d’un million de dollars du Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada et de la fondation Max Bell, nous établissons un partenariat avec Nesta pour mener cette étude ici. Au cours de l’année à venir, L’emploi en 2030 franchira différentes étapes :

  1. Futurologie: Nous entreprenons un exercice de futurologie pour schématiser les tendances et les facteurs d’évolution qui auront une incidence sur le marché du travail canadien dans les 10 à 15 prochaines années; cette recherche sera publiée au printemps 2019.
  2. Ateliers de prévision + sondage: Complétée par des données propres aux professions, notre futurologie servira de base à des ateliers organisés dans six lieux au Canada au cours du printemps 2019. Ces ateliers interactifs feront appel à des experts pour prévoir les changements potentiels des professions — et les compétences qu’elles englobent — d’ici 2030. Les perspectives essentielles de ces ateliers seront communiquées au cours de l’été.
  3. Modélisation de l’apprentissage automatique: Les données recueillies lors de nos ateliers dans le pays formeront les données de formation nécessaires aux algorithmes d’apprentissage automatique. Ceci nous permettra de projeter les changements touchant l’ensemble du marché du travail, que nous publierons dans un rapport final qui paraîtra début 2020.
  4. Visualisation des données + données ouvertes: Pour ceux qui souhaitent interagir avec les données, nous nous sommes engagés à créer des visualisations utiles, tout en rendant les données que nous recueillons publiquement accessibles. Nous espérons ainsi que d’autres pourront se servir de ce travail.

Share

L’objectif de ce projet consiste à combler des lacunes majeures de l’information sur le marché du travail (IMT), de façon à pouvoir prendre en charge la conception des politiques et des programmes visant à stimuler une croissance économique inclusive au Canada. L’angoisse liée à l’avenir du travail est partiellement alimentée par le manque d’information et l’incertitude que l’inconnu peut souvent créer. C’est la raison pour laquelle de nouvelles sources d’IMT sont plus importantes que jamais. En outre, comme les auteurs du travail de Nesta l’ont souligné, leur étude « [Traduction] remet en question le faux alarmisme [typique de nombreuses prévisions sur l’avenir du travail] qui contribue à une culture de l’aversion au risque et retarde l’adoption des technologies, l’innovation et la croissance. »

Nous sommes ravis de collaborer avec Nesta sur ce projet et d’avoir l’opportunité de tirer parti de son approche. Alors que Nesta sera fort impliqué tout au long du projet, nous pensons qu’il est également essentiel d’engager des collaborateurs canadiens. C’est la raison pour laquelle nous avons convoqué un comité consultatif pour donner des conseils sur le projet, ainsi que des partenaires locaux pour co-animer les ateliers avec nous. Nous avons également interrogé des utilisateurs finaux essentiels pour mieux comprendre leurs besoins en matière d’IMT et nous avons fait appel à des conseillers techniques pour étoffer notre expertise. Si vous souhaitez vous impliquer, n’hésitez pas à communiquer avec nous à brookfield.institute@ryerson.ca.

For media enquiries, please contact Coralie D’Souza, Director of Communications, Events + Community Relations at the Brookfield Institute for Innovation + Entrepreneurship.

Jessica Thornton
Collaborator
March 13, 2019
Print Page

Share